perso #1 – Chronique d’un futur chef d’entreprise

Aujourd’hui, je vais faire un billet plutôt personnel, qui ne sera peut-être jamais publié ou au contraire le sera, et qui va me rebooster je l’espère.

Titi

La vie est assez compliqué. Entre les galères, les soucis au quotidien, il faut s’accrocher, tenir le cap (n’est ce pas Capitaine Embruns) pour aller contre vents et marées.

Comme me disait Ravana il y a quelques jours, la vie est une succession d’emmerde que tu gères au quotidien. Finalement, il n’avait pas tort. Mes dernières semaines ont fini par ébranler mes convictions et mes envies. J’avoue ne plus avoir la niak, mais est-ce aussi la fatigue qui joue et les émotions de cette semaine, qui fut extrêmement difficile. Peut-être.

En attendant, aujourd’hui je me posais la question de savoir si je tiens le bon cap.

D’un naturel optimiste, de nature combative, j’étais sur que le fait de vouloir pouvait nous faire avoir ce qu’on voulait. J’ai tendance à répéter à qui veut l’entendre que “quand on veut on peut”. Depuis de nombreuses années, je savais que je ne voulais qu’une chose, c’était créer mon entreprise. Ma définition même de la réussite sociale, ce n’était pas de gagner des milliards tous les mois (quoique, de temps en temps, j’aimerais bien) mais de réussir à faire ce qu’on aime.

Non, ce n’est une “cassard” que je fais, c’est juste une question que j’aborde avec vous, chers lecteurs, le temps d’un post. Peut-être est-ce aussi pour me permettre de réfléchir sur ma to-do list et sur la façon de monter ma boîte et les projets qui vont être mes moteurs.

Je sais que je veux et que je peux y arriver, pour me prouver que je ne dis pas que des bêtises, et que le fait d’être proche de mes clients (au contraire des grandes sociétés comme Publicis Event, Auditoire en Evènementiel ou Mazarine en web) peut-être une stratégie payante.

Un moment ou à un autre, il faut faire un choix sur sa vie.

Personnellement, en ce moment, je suis célibataire depuis plus d’un an (après 5 ans et demi avec quelqu’un), mes seules sources de revenues sont mes cours que je donne à l’ECS ISERP-ITAIM et un billet sponsorisé de temps en temps (merci blogrider ^^). J’ai sacrifié certaines choses pour y arriver, et je sais que les choix que j’ai fais sont les bons. Je dois me montrer patient et avec le temps, les choses arriveront. Just believe and fight.

Pour finir sur ce post, je veux remercier quelques personnes qui me donnent le courage d’y arriver: avant tout, merci à mes parents, vous me permettez de me consacrer à se que je veux faire, et rien que pour cela je dois et je vais y arriver.
Merci à toi mon ti frère, parce que tu me donnes la force de bouger.
Enfin, je veux y arriver pour Jérôme, mon petit frère décédé il y a maintenant 5 ans (mon dieu, comme le temps passe vite) et je veux lui prouver que j’ai pu y arriver.

PS: En arrivant à la fin de ce post, je me suis demandé si je devais ou non mettre en ligne ce billet, je me suis dis que oui, car en l’écrivant cela m’a permis de mettre en avant les points qui me gênent le plus et qui vont vite me saouler, et donc à corriger.

Merci à vous de m’avoir lu.

YDCA

Une réflexion au sujet de “perso #1 – Chronique d’un futur chef d’entreprise

  1. Nico - YDCA says:

    une petite précision, ce billet répond à une mauvaise nouvelle reçue ce soir, je n’ai pas été retenu sur un contrat en évènementiel. Ca me chagrine un peu, mais c’est le business et c’est le jeu, et je l’accepte ^^

  2. cedric says:

    Salut mec, on ne se connait que peu, mais je voulais quand même te communiquer mon respect pour ton statut d’entrepreneur et je te transmet surtout toute une bonne dose de courage pour la suite !! A bientôt Cedric

  3. Ravana says:

    Believe ! Keep ur head up and believe dear friend 🙂

    (ceci n’est pas un spam)

  4. Nico - YDCA says:

    Merci messieurs, c’est gentil de votre part.

    Après avoir fait un point today, je me suis rappelé en quoi je croyais et où je voulais aller.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*